Octobre 2021 voyage à Terre-neuve !!

Je suis parti avec mon ami Jérémie pour 10 jours, à la recherche des caribous et ce fut un voyage exceptionnel, bien que les premiers jours aient été remplis de doutes car pas un caribou à l’horizon.

Nous nous sommes poussés à explorer de plus en plus loin jusqu’à la récompense !!

Une fois les hardes trouvées, nous pensions que ça allait être plus facile pour les autres journées et bien non ils se déplacent beaucoup, il nous a fallu les chercher toutes les autres journées, se sont d’excellents marcheurs et ils couvrent un territoire immense.

Pourquoi cette période ? Et bien tout simplement parce que c’est la saison des amours et que l’action allait être grandiose.

Pour vous résumer ce que j’ai vécu, le rut se divise en trois phases :

  • Le mâle dominant va passer la plus grande partie de son temps à chasser les autres mâles de la harde, vous remarquerez que je me suis fais quelques fois piéger par des petits mâles cachés en arrière de moi, mais j’ai pu saisir la charge et le regard intense du gros mâle !!
  • Puis le mâle dominant va courtiser une des femelles, une réceptive et en chaleur bien sûr, ce qui était surprenant c’est que la femelle va aussi le courtiser, des vrais préliminaires de couple !!
  • Un fois le rituel amoureux exécuté de part et d’autre, ce n’est pas moins d’une vingtaine d’accouplement fais dans une journée !!

Une fois ses trois phases faites, le cycle va se répéter. Les autres mâles vont constamment essayer de revenir à l’intérieure de la harde et le mâle dominant va les chasser, puis une autre femelle va être en chaleur et ainsi de suite… Bon je vous rassure il n’y a pas 50 femelles mais 3 ou 4 vont être réceptives !!

Pour être au plus proche et limité notre budget qui peut vite exploser, nous dormirons sur place dans mon camion aménagé pour cet effet. Aucune distraction, notre connexion allait être à 100% avec la harde, mais pas que car ils cohabitent avec un grand nombre d’orignaux.

Durant nos longues marches à leur recherche, nous trouverons aussi leur lieu d’hivernage avec un grand nombre de panache tombé à terre, car chaque hiver au mois de Janvier ils vont perdre leur belle et grosse couronne.

Les femelles ont aussi des petits panaches mais les femelles fécondées à l’automne seront les seul à garder leurs bois tout l’hiver jusqu’à la naissance de leur petit pour avoir un moyen de défense durant l’hiver, la nature est vraiment bien faite parfois !!

Je ramènerais en souvenir quelques panaches qui serviront de décoration à coté de mes futures impressions.

Je vous cache pas que je travaille fort pour pouvoir retourner les voir, l’expérience était trop belle.